PORTRAIT du P. P-D DOAN DUC HAN

Le Père Paul-Dominique DOAN Duc Han est né en 1975 dans le diocèse de LONG XUYEN au Sud Viêt-Nam.
Il est prêtre, membre de la Communauté des Béatitudes. De 1997 à 2011, il a étudié en Europe puis en Israël. De 2005 à 2011, il a fait 6 années de pastorale : 3 au Viêt-Nam, puis 3 en France, à Chalonnes, tout en achevant une maîtrise de théologie à l’Université Catholique d’Angers.
Après ce cursus, en 2011 il est revenu au Viêt-Nam comme responsable des frères puis comme coordinateur de l’ensemble de la Communauté depuis le 14 avril 2012. Il est notre interlocuteur direct pour les projets au Viêt-Nam. Sur place, il est entouré d’une équipe comprenant un responsable sur chacun des quatre lieux de vie de la Communauté.
Dans toutes les implantations de la Communauté au Viêt-Nam, sont accueillis des jeunes et des enfants pauvres ou handicapés. Le Père Paul Dominique témoigne :

« Dans notre pays, la majorité des gens sont pauvres. Les accueillir a été une évidence pour nous car le Seigneur les a envoyés vers nous. Nous avons commencé par faire des cours d’alphabétisation. Puis sont venus des sourds-muets, des handicapés, des orphelins, des jeunes très pauvres de la campagne. Ces jeunes sont issus de familles défavorisées, ce sont souvent des orphelins. Nous ne leur offrons pas seulement la nourriture mais aussi un espace pour un dévelopement humain digne. Ils participent tous activement à la vie spirituelle du lieu où ils vivent et aussi aux petites tâches de la vie quotidienne. Ainsi ils se sentent utiles, ce qui est important d’un point de vue psychologique. Certains ne sont pas chrétiens et donc ne sont pas tenus à aller à l’Eglise. Lorsqu’ils demandent le baptême, nous leur demandons d’attendre d’être grands, c’est-à-dire d’être âgé de 14 ans au minimum.
Dans l’avenir, et pour cela nous comptons sur l’AAI, nous espérons consolider ce qui existe déjà depuis 1993. Nous nous efforçons d’être sensibles aux capacités et aux besoins de chacun pour mieux l’orienter vers un progrès juste. Aujourd’hui il est trop tôt pour parler réellement d’autonomie, mais il faut y tendre.
Nos liens avec l’AAI se développent : depuis quelques années l’AAI a aidé nos lieux matériellement, ce qui a bien amélioré la qualité de vie, la santé et l’éducation des jeunes et des enfants. Ce que nous attendons désormais, c’est un soutien pour construire une structure solide, durable, stable, qui atteigne à terme son autonomie de fonctionnement. Comme le dit l’adage :

« Désormais aidez-nous à avoir une canne à pêche au lieu de nous donner du poisson ».

Le Père Paul Dominique DOAN Duc Han est l’interlocuteur pour les projets de l’AAI au Viêt-Nam