novembre
21

Un plan quinquennal pour améliorer les conditions d’accueil

Nous avons déjà présenté le centre maternel Sainte famille de Bamako. Il accueille depuis plus de 20 années, en moyenne 45 jeunes femmes et leur bébé. Venues de leur campagne pour constituer leur dote, ces jeunes femmes louent leurs services pour des tâches ménagères. Parfois abusées, elles se retrouvent enceintes. Laissées à l’abandon en raison de leur grossesse, elles sont souvent jetées à la rue. La vocation du centre est de les accompagner, de travailler à leur réinsertion sociale, mais aussi à la réconciliation familiale

Le centre a bénéficié en 2019 d’une aide d’Alliances internationales pour construire une cuisine plus confortable, avec une réserve (total de 23 m²) et une grande salle commune pour les repas, les rencontres et les services collectifs (surface de 95 m²).

La prochaine étape sera d’ériger sur la parcelle du centre, située au cœur d’un grand quartier populaire au sud du fleuve Niger, un atelier de confection de sirop, confiseries et liqueurs destinés à la vente locale. D’autres projets suivront comme la construction d’une salle polyvalente destinée pour une location à des groupes, et une librairie. En effet les lieux d’accès à la culture sont peu nombreux, et les chrétiens qui sont très isolés, pourront y trouver des ouvrages pour nourrir leur foi.

L’objectif de ce projet est double, rendre service à la population et donner au centre de nouveaux moyens financiers. Cette entreprise se veut responsabilisante des acteurs locaux dans l’acquisition d’une autonomie plus grande.