octobre
22

Pérou: un des pays les plus frappé par la pandémie de la COVID 19. La promiscuité dans les quartiers pauvres est une facteur aggravant. Les hôpitaux sous-équipés sont débordés. La crise économique qui s’aggrave génère plus de violence. Tout devient une question de survie. Lire Plus

août
18

Un nouveau forage pour traverser la période sèche !

Le foyer maternel de Bamako accueille chaque année entre 45 et 50 jeunes femmes seules avec leur enfant. Les locaux et les installations demandaient des travaux d’entretien d’extension. Lire Plus

novembre
16

Pierre, jeune diplômé en chirurgie dentaire et son épouse, Tiphaine, s’apprêtent à partir dix mois en RD du Congo pour monter un cabinet dentaire à l’hôpital de Kabinda. Découvrons nos jeunes missionnaires qui ont accepté de répondre à quelques questions avant leur départ.

Novembre 2020

Pierre et Tiphaine, que souhaiteriez-vous nous dire de vous-mêmes ?

Nous sommes Toulousains, mariés depuis juillet 2019 et tous les deux jeunes diplômés, Pierre en chirurgie dentaire et Tiphaine en restauration de peintures.

Comment vous est venu le désir de partir en mission humanitaire ?

Nous en avions l’un et l’autre l’envie depuis plusieurs années mais le cadre de nos études ne s’y prêtait pas. Le désir ne nous a pas quittés depuis notre mariage et c’est un projet de couple enfin réalisable maintenant que nos études sont terminées. Le faire en France ou à l’étranger a été en revanche sujet à débat. Nous étions persuadés pouvoir nous rendre utiles en France car nous l’avions l’un et l’autre expérimenté à travers le scoutisme et autres engagements associatifs solidaires.

Pourtant vous partez en Afrique. Qu’est-ce qui vous a décidé pour l’étranger et qu’est-ce qui vous motive profondément ?

Aller à la rencontre d’une autre culture qui plus est basée sur la simplicité ! Nous aspirons à mener une vie plus simple, moins matérialiste, davantage centrée sur l’essentiel. Nous avons du mal à le faire ici en France parce que nous sommes tentés par nos habitudes européennes. Nous voulons aussi apprendre à nous tourner plus vers les autres, à nous décentrer de nous-mêmes. C’est un appel que nous vivons dans la foi : vivre avec les plus pauvres et plus que croire : faire !

Pourquoi avoir choisi de vivre cette aventure avec l’Association Alliances Internationales (AAI) de la Communauté des Béatitudes ?

Nous avons contacté beaucoup d’associations de solidarité internationale avec deux critères précis : exercer la dentisterie pour Pierre afin de ne pas perdre des réflexes tout juste acquis et vivre une expérience ancrée dans la foi avec une vie communautaire. Nous espérions trouver un projet tout fait pour nous, sur mesure, mais c’était complètement utopique. Il ne restait qu’une solution : créer un projet à notre portée. Il y a un peu plus d’un an, nous avons rencontré providentiellement Jean-Claude Michel, Directeur de AAI, qui nous a proposé de monter ce cabinet dentaire à Kabinda et de vivre cette expérience communautaire au sein de la Communauté des Béatitudes à Kabinda. C’était parfait. Nous mesurons notre chance de pouvoir nous appuyer sur la communauté sur place et sur sa vie de prière.

« Nous avons été émerveillés de voir la Providence à l’œuvre pendant cette année de préparation. »

Vous avez donc construit avec l’AAI ce projet. Quel investissement cela vous a-t-il demandé de votre côté ?

Il nous revenait surtout d’évaluer nos besoins en équipements et rechercher, dans la mesure du possible, ce matériel et consommables. Nous avons démarché différents fournisseurs dentaires qui ont généreusement répondu à notre appel. Nous avons été émerveillés de voir la Providence à l’œuvre pendant cette année de préparation. Le Seigneur n’a pas manqué de nous encourager par sa Parole dans les moments plus difficiles et de mettre sur notre chemin les bonnes personnes pour nous aider. C’est ainsi que nous avons rencontré un ingénieur-physicien, Pierre, qui s’est proposé d’assurer l’installation technique du cabinet le premier mois.

A quelques jours du départ, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Nous avons hâte d’y être ! Un peu anxieux tout de même par c’est un saut dans l’inconnu. Nous ne connaissons pas grand-chose de ce monde qui nous attend. Mais c’est bien ainsi. Nous ne voulons pas tout savoir avant de partir pour nous laisser surprendre…

Un dernier mot pour conclure ?

Merci à tous ceux qui nous ont aidés pour rendre ce projet possible et aussi merci à ceux qui nous soutiendront d’une manière ou d’une autre pendant notre mission. Nous prions pour eux et nous confions à leur prière.

 

 

août
18

En 2019 était achevé, à l’hôpital de Kabinda (RDC), l’installation d’une unité de production électrique par panneaux solaires, en doublement de 3 groupes électrogènes vieux de plus de 20 ans pour le plus récent. En raison de la multiplication des pannes de ces moteurs, il a été nécessaire d’installer un nouveau groupe. Lire Plus

Archives par Sujet:


Archives par Année:

  • 2020
  • 2019
  • 2018
  • 2015
  • 2014